Robert Indiana

«Il y a plus de signes que d'arbres en Amérique. Il y a plus de signes que de feuilles. Alors je me considère comme un peintre du paysage américain.»

R. Indiana

Robert Indiana

Robert Indiana (1928, New Castle, 2018, Vinalhaven) est une des figures centrales du mouvement Pop Art dans l’art américain depuis les années 1960. A joué un rôle central dans le développement de l’art de l’assemblage, de la hard-edge tendance et du pop art. Autoproclamé "peintre américain des signes", Indiana a créé une œuvre très originale qui explore l'identité américaine, l'histoire personnelle et le pouvoir de l'abstraction et du langage, établissant un héritage important qui résonne dans le travail de nombreux artistes contemporains où écrit est un élément central de leur production artistique.

Indiana a été rapidement imposé comme un des artistes les plus créatifs de sa génération, ce qui l’a amené à figurer dans les expositions d’art les plus influentes de New York au cours des années 60. En 1961, le Museum of Modern Art (MoMA) acquiert The American Dream, I (1961), le premier d'une série de peintures explorant l'illusoire American Dream, établissant Indiana comme l'un des membres les plus importants de la nouvelle génération d'artistes pop.

L'art d'Indiana a été présenté dans nombreuses expositions individuelles et collectives au monde. Depuis des années, il est un artiste établi sur le marché, ses œuvres étant vendues aux enchères dans les plus prestigieuses maisons du monde. Nous pouvons trouver ses œuvres dans les collections les plus importantes comme le Museum of Modern Art et le Whitney Museum of American Art à New York, la National Gallery of Art, le Musée d'art Moderne de San Francisco, pour n'en citer que quelques-uns. Il a également été inclus dans nombreuses publications internationales et il est objet de plusieurs monographies.