Giosetta Fioroni

  • Oeuvres en série: il s'agit des sérigraphies car chaque sujet est présenté dans plusieurs exemplaires et pour ce motif elles ont un prix plus modique. Les oeuvres sont réalisées avec différents matériaux sur un support en papier. Chaque oeuvre est signée et numérotée en original.
Par ordre décroissant
par page
Par ordre décroissant
par page

Giosetta Fioroni

Giosetta Fioroni naît à Rome en 1932 et tout de suite elle rencontre le monde de l'art: en effet, son père était un sculpteur connu et sa mère une peintre confirmée mais aussi une marionnettiste de talent. Dans sa jeunesse, en 1956, Giosetta expose à la Biennale de Venise et depuis ce moment, ses expositions, soit personnelles soit collectives en Italie et à l'étranger, deviennent nombreuses.

Son cycle de toiles, caractérisé par des images argentées, réalisé entre les années 60' et 70', connaît un véritable succès. Toutefois, en 1968, sa carrière est interrompue par une pause nécessaire pour réaliser la performance "Vous Témoin Optique", qui inaugure la revue "Le Théâtre des Expositions" à la Galerie Tartaruga de Rome.

L'année suivante, elle réalise le premier Teatrino (Petit théâtre) , un "jouet pour adultes" en bois, peint et pourvu d'une lentille à travers lequel il était possible de regarder un ensemble d'objets en miniature. Elle se rapproche ainsi du monde des contes de fées et des légendes, en ouvrant au monde sa mémoire personnelle et mais aussi sa mémoire collective.

Cet intérêt pour les légendes et les esprits continue tout au long des années 70, quand l'artiste s'établit pour des longues périodes à la campagne, avec l'écrivain Goffredo Parise: de cette expérience naît justement une série d'œuvres dédiées aux contes de fées et à la redécouverte de l'enfance.

Pendant les années 80, elle continue, ainsi, sa collaboration avec des écrivains et des poètes dont Parise, mais également Ceronetti, Abrasino, Zanzotto et Garboli, en réalisant des oeuvres sur papier, des livres et des graphiques. À cette époque, elle produit aussi le cycle pictural Le Vrai et une série de pastels et d'huiles dédiés au Tiepolo.

En 1990 l'Institut National du Graphisme de Rome organise une rétrospective sur tous ses travaux sur papier. À partir du 1993, tout en continuant à développer le médium de la peinture, elle commence à se dédier à la céramique en construisant également d'importants cycles de sculptures. En 1993, elle participe à la Biennale de Venise par le biais d'une exposition.