Georges Braque

Georges Braque - La naissance du cubisme, chef-d'oeuvre graphiques

"Il faut avoir toujours deux idées:  une pour détruire l'autre. Défendre une idée est assumer une attitude."  G. Braque

Par ordre décroissant
par page

60 articles

Par ordre décroissant
par page

60 articles

GEORGE BRAQUE

Georges Braque, peintre et sculpteur français, avec le célèbre Picasso, est l'artiste qui a lancé le mouvement cubiste. Il est né le 13 mai 1882 à Argenteuil dans une famille d'artistes, fils d'Augustine Johannet et de Charles Braque. En 1899, il quitte le lycée et  il travaille comme apprenti auprès de son père (qui travaille dans le monde de la peinture), puis chez un ami décorateur. En 1902, il s'installe à Montmartre et il fréquente l'Académie Humbert sur le boulevard de Rochechouar. Au  meme temps, il étudie les impressionnistes au musée de Luxembourg, où se trouvent les œuvres de Gustave Caillebotte, et il ouvre un atelier en rue d’Orsel.

Dans l'hiver du 1905 et 1906, Georges commence à peindre selon les techniques des fauves, grâce à l'influence de l'art d'Henri Matisse: il décide d'utiliser des couleurs vives mais surtout de ne pas renoncer à la liberté de composition.

En 1907, Braque visite la rétrospective consacrée à Paul Cézanne, créée pour le Salon d’automne: dans cette circonstance, il a eu l’occasion de contacter Pablo Picasso, qui à l'époque il travaillait en "Les demoiselles d’Avignon". Cette rencontre l’influence profondément, jusqu’à l’amener à s’intéresser à l’art primitif, en éliminant les artifices tels que le clair-obscur et la perspective, Georges Braque réduit la palette en n'utilisant que des nuances de brun et de vert, en tirant parti des volumes géométriques.

Entre 1909 et 1914, les progrès de l'art plastique de Braque et Picasso ont été favorisés par une fructueuse amitié. De cette union stimulante est née une nouvelle vision de l'espace pictural qui présente des objets et des facettes démembrés créés par la rupture des plans: c'est la phase connu come cubisme analytique. Dans la tentative de représenter des volumes de plus en plus complexes pour les rendre sous toutes leurs facettes, les peintures de Braque devinrent presque indéchiffrables, malgré l'abstraction qu'il avait si souvent rejetée. Par conséquent, à l'automne 1911, il a introduit dans ses tableaux des signes reconnaissables tels que des lettres et des chiffres imprimés, et l'année suivante, il a connu la technique du collage qui lui a permis de créer une synthèse de différents éléments pour décrire clairement un objet à travers la dissociation des formes et des couleurs. La collaboration fructueuse entre Braque et Picasso a été interrompu en 1914, lorsque Braque a été appelé à prendre les armes et, pour cela, il a dû interrompre la collaboration avec Picasso. Après avoir été blessé pendant la Première Guerre mondiale, il a repris son travail, mais de manière indépendante, en optant pour le développement d'un style personnel caractérisé par des surfaces texturées et des couleurs vives.

Durant ces années, il s'occupe également de quelques travaux décoratifs: en 1948, la sculpture de la porte du tabernacle de l'église d'Assy, et au début des années cinquante la décoration du plafond de la salle étrusque du musée du Louvre, à Paris. 

Georges Braque est décédé le 31 août 1963 à Paris.