Deodato Arte + Wunderkammern Gallery

Et maintenant, j'ai décidé d’attaquer moi-même.

Que peut-il arriver à un galeriste qui règle les commandes et le chiffre d'affaires, qui développe des projets avec les meilleures marques du monde, qui réussit à divertir ses clients et toutes les parties prenantes, lorsqu'il découvre qu'un autre galeriste, moins visible, moins structuré, moins irrévérencieux du système, mais qui a été si clairvoyant qu'il a compris, valorisé et découvert certains des artistes les plus importants du monde du Street et Urban Art, et tellement d'avoir organisé, dans le lointain 2010, l'invasion de Rome par Invader?

Il y a deux choses: ou il ronge ou il applique à la lettre ce que Al Ries et Jack Trout expliquent dans le livre "The Marketing Warfare" qui dit "La meilleure stratégie défensive est avoir le courage d'attaquer eux-mêmes". 


J'ai choisi de suivre tous les deux, j'ai rongé pou 5 minutes et dans les 10 mois suivants j'ai appliqué le conseil de Ries et Trout essayant de devenir leur partenaire.
Les conservateurs de la galerie Wunderkarmmern ont pensé à me faire ronger, mais le désir de rédemption que j'ai lu sur leurs visages quand je les ai rencontrés (grâce à Cristian Gangitano, notre conservateur du Japan Pop Art) m'a donné la force d'oser et d’attaquer la Deodato Arte et de décider d'utiliser une grande partie du capital disponible pour devenir partenaire et avoir l'honneur de proposer sa précieuse offre à nos fidèles clients.

En mettant de côté Keith Haring ou J.M. Basquiat, le street art en Italie était considéré par le système artistique comme ordures, disons-le clairement.
Mais pour être honnête, une partie du street art, en particulier les mouvements des graffeurs, a attaqué d'autres secteurs du street art lui-même; et certains street artists ont mal vu les artistes qui sont arrivés après ou ceux qui ont fait moins d'apprentissage.
Une sorte de guerre tous contre tous, où le seul timonier semblait être le légendaire Banksy, qui à la fin a traîné tout et tout le monde.

Mais allons-y par ordre.
J'ai découvert Banksy en 2007, comme probablement mes amis de Wunderkarmen, sauf que depuis 2010 je me suis concentré sur tout ce que Banksy a créé et les artistes qui ont été générés par lui (principalement Mr. Brainwash), tandis qu’eux, accidentellement à partir de la même année, ont préféré se concentrer sur tout ce qui a déterminé la création de Banksy, sur les artistes qui sont arrivés avant lui.
Un Banksy charnière, un Banksy central, un centre de gravité qui part de Keith Haring et nous ne savons pas où cela se terminera.

Comme cela arrive souvent dans la vie économique, ceux qui viennent après récoltent plus de fruits que ceux qui ont été les premiers. C'est peut-être la raison pour laquelle Mr. Brainwash, né artistiquement en 2008, fait deux mille fois plus que le premier artiste au pochoir qui a inspiré Banksy en 1981.
Mais la culture n'est jamais exclusiviste, au contraire elle est inclusive, même si peu de personnes dans le monde de l'art le comprennent (presque jamais les artistes et presque jamais les directeurs des foires comme je l'ai compris jusqu'à présent).

Ce n'est pas dommage de dire que Blek Le Rat a inspiré Banksy, ce n'est pas dommage de savoir que Shepard Farey a présenté Thierry Guetta à Banksy pour le regretter ensuite, ce n'est pas dommage de dire que Banksy vend des gadgets alors que ses ancêtres ne vendraient jamais une œuvre pour l'argent.

Ce qui est vraiment dommage, c'est de ne pas avoir de respect pour ce qui s'est passé pendant les dernières 40 années, c’est-à-dire que le grand public at redécouvert la valeur des messages simples mais directs, grâce au Street Art.
Si nous voulons que le Street Art soit la version réussie de la « Transavanguardia » italienne de Achille Bonito Oliva.


Alors que les galeristes et le monde qui compte ont développé des projets théoriques exceptionnels, délibérément pour quelques-uns, le Street Art a développé des projets pratiques, et pas trop théoriques, délibérément pour beaucoup de personnes. Cela peut être agréable ou non, mais c'est la réalité. Le problème est qu'en 1996, le World Wide Web est né, et en 2003 et 2004 MySpace et Facebook, et avec ces outils, ce qui était pour peu de gens est resté pour peu de gens et ce qui était pour tout le monde est devenu courant.

Dans ce processus, la galerie Wunderkammern a réussi à créer un congé de continuité. Elle a cultivé des artistes clé et des historiens du Street Art et elle a lancé parallèlement des artistes émergents; elle a mené des recherches artistiques avec presque de 60 événements parmi lesquels ont rappelle l’organisation d'expositions muséales comme celle de Shepard Fairey auprès du Musée d'Art Moderne de Moscou.

Moi et l'équipe de Wunderkammern, avec Giuseppe Pizzuto (GP) et Giuseppe Ottavianelli (GO) - fondateurs de Wunderkarmmern- avec Dorothy de Rubeis et Ina Nico nous sommes gourmands, nous sommes inclusifs, nous voulons tout comprendre, nous voulons tout posséder, nous sommes gâtés.

Voilà pourquoi Wunderkammern a vu dans Deodato un partenaire avec lequel creuser et découvrir ce monde merveilleux encore plus profondément mais, au même temps, regarder encore plus loin; tandis que Deodato a vu dans Wunderkammern la meilleure façon d’attaquer lui-même, incluant et pas divisant.

Merci Al, merci Jack, merci Wunderkammern.

Stay tuned,
Deodato Salafia